La vie sauve: livre salvateur

25 Avr

« Il m’arrive, il nous est arrivé, il vous arrivera de penser que les choses n’ont pas été goupillées comme elles auraient dû l’être » 

Lydie Violet livre avec « La vie sauve » la partie de son existence où tout a basculé. Elle a 40 ans quand elle apprend qu’une tumeur au cerveau ne lui laisse que 8 ans à vivre.

 Tout y est, décliné en courts chapitres : les amis qui vous portent et ceux qui vous laissent, le regard des autres, les rencontres providentielles, son sale caractère, l’absurdité du labyrinthe hospitalier autant qu’administratif… Il n’y a pas de fausse morale ou d’hypocrisie dans les lignes de la souffrance.

Mais le livre est loin d’être la plainte sans fin d’une malade (pour « le livre des lamentations » le libraire vous indiquera, normalement, autre chose) : Lydie Violet n’a pas l’air d’aimer les violons ou les mouchoirs. Au contraire, sa distance et son ironie désarmantes célèbrent la force d’exister et de trouver du souffle au bord du gouffre. L’humour ne quitte jamais les pages sur lesquelles se couche le drame.

C’est l »auteure Marie Desplechin qui lui a prêté sa plume pour écrire cet essai-témoignage à quatre mains. Deux femmes en colère en quelque sorte… ça donne une claque sincère, drôle et forte.

« La vie Sauve » de Lydie Violet et Marie Despechin. Editions du Seuil. 127 pages. Prix Médicis Essai 2005.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :