Tag Archives: Geoffray Rush

Le discours d’un roi: Colin « first »

6 Fév

 

« -Vous êtes un original

–    Je le prends comme un compliment »

 

 Le roi se meurt… de bégayer. Tom Hopper a choisi pour son dernier film un sujet rarissime au cinéma : le combat de Georges VI, père de la future reine d’Angleterre Elisabeth II, contre son incapacité à s’exprimer comme il le voudrait, et comme les positions qu’il occupe (fils du roi, frère du roi puis roi lui-même), lui imposent de le faire. Sujet d’autant plus noble qu’il est risqué : il n’est pas acquis que tout le monde s’y intéresse…

Le discours d’un roi se révèle pourtant bien plus intriguant que le synopsis le laisse penser. Dès les premiers instants du film, Colin Firth nous fait sentir avec subtilité, sans pathos, la souffrance qui habite Georges VI. Charismatique et  « so british » tant dans l’humour que dans l’allure, il livre une performance…royale. Tout autant que Geoffrey Rush, dans son rôle d’orthophoniste aux méthodes et au caractère atypiques. L’intérêt majeur du film vient se placer dans cette relation qui dépasse vite celle de médecin à patient pour devenir amicale, presque « psychanalytique ».  Avec en filigrane l’omniprésente question de la communication : personnelle ou politique, elle est clé. Mais le film semble bien mieux réussir son approche du 1er aspect que du second.  

On rentre dans la relation d’amitié aussi bien que dans l’atmosphère de l’Angleterre des années 30. Costumes, décors, Buckingham Palace comme si on y était… La classe jusqu’au bout. Jusqu’au point du « trop », et c’est bien dommage : trop de plans sur les regards appuyés du roi envers son « sauveur », trop de grande musique dans des moments de tension qui se suffisent à eux-mêmes, trop d’aspects convenus qui prennent le pas sur l’audace du début du film. Trop d’envie de rentrer dans les critères des Oscars ?

Nous serons si cela paie le 27 février, lors de la 83ème cérémonie. Le film est parmi les plus nominés aux côtés de Biutiful, Black Swan et The social Network

Pardonnons aux films ses violons inutiles et souhaitons que celui qui l’emporte dans la catégorie « Meilleur acteur » soit, pour toute sa sensibilité et sa crédibilité, Colin « First »…

The King Speech, de Tom Hooper avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter…

1h50 – Sortie en salle le 2 février

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :