Tag Archives: Théâtre

Un « Projet Luciole » complètement allumé à découvrir au Monfort

26 Jan

Image

La pensée sort des pages, se dit, se dialogue, et s’incarne à travers deux comédiens vivaces en ce moment au Monfort. Nicolas Bouchaud y discute philo avec Judith Henry. Habités, enjoués, ils se de révoltent ou s’ apaisent dans cette traversée des penseurs contemporains, d’Orwell à Baudrillard ou encore Pasolini. Les concepts de « Survivance », d’ « Être avec », ou de « Spectacle »… s’abordent sur tous les tons, en scène d’amour ou de disputes, s’entrecoupent de silences poétiques autant qu’ils inspirent des élans Rock’n Roll, et n’auront jamais semblé si propices à une sérieuse fantaisie. Au didactisme, la pièce préfère la pensée en mouvements. Et alors les lucioles, qui symbolisent la joie et le désir qui illuminent amis et amants au cœur de la nuit, se mettent à briller sur scène.

 

Projet Luciole. Mise en Scène Nicolas Truong. Jusqu’au 15 février 2014.

Du mardi au samedi à 19h30

Théâtre Monfort, 106 rue Brancion 75015 Paris. M°Porte de Vanves ou Tramway 3 Brancion.

Places à partir de 13€

« Sortir de sa mère »: beau bébé du Avignon Off

25 Juil

Petites rues provençales, sourires ensoleillés, royaume du théâtre: Avignon est une ville unique et singulière, au sommet de son art en juillet. Alors que le Festival d’Avignon « In » vient de baisser le rideau sur un nouveau succès, avec 93 % de billets vendus sur les 138 000 places proposées, le Festival « Off » continue jusqu’au 31 et présente plus de 1 000 spectacles à toute heure du jour et (presque) de la nuit.

Il y en a donc pour tous les goûts: du drame, du comique, du boulevard, de la Comedia dell’arte… On peut y voir du Sophocle revisité en critique de la politique actuelle, du Feydeau version eighties, du Shakespeare en fanfare.

Et surtout, on peut y voir une belle pièce qui sera à ne pas manquer lors de son retour à Paris:

Sortir de sa mère de Pierre Notte

Pierre Notte y reste fidèle à l’un de ses thèmes de predilection: la famille, avec ses amours et ses haines. Dans « Sortir de sa mère », les projecteurs se tournent vers le frère et la soeur, amis autant que rivaux, solidaires autant qu’egoïstes. Entre un père absent et une mère sujette aux absences de mémoire, les liens s’emmêlent et il faut pourtant bien s’en sortir…

Mais rien de sordide dans cette pièce. Entrecoupée de passages chantés, elle se balade au contraire entre poésie et acidité, humour et désarroi, mais toujours avec une tendresse qui fait tout le style de Pierre Notte. On passe d’un univers à l’autre – la plage où se perd la mère, l’appartement hérité du père, le lac glacé où se jouent les jeux dangereux… – avec des accessoires et un décor minimalistes, puisque tout repose sur le talent des deux comédiens, Brice Hillairet et Chloé Oliveres.

Préparez vous à être touchés par leur galerie de personnages, et à rire de votre envie de pleurer face à ce joli bijou d’humanité.

A 18h20 au Théâtre des 3 soleils, 4 rue Buffon. 17€ – 12€ avec la carte Off (carte à 14€ qui offre 30 % de réduction sur tous les spectacles)

Toutes les infos ici

 

 

Gagnez 2 places de théâtre pour « Le week-end du 4 » avec le Grand Buzz Art !

15 Fév

Il y a le théâtre classique (intello diront ceux qui s’y ennuient), le boulevard (agaçant diront ceux qui n’y rient pas), et, quelque part entre les 2, il  y a « Le week-end du 4 » qui se joue actuellement au Ciné 13 Théâtre.

Le Grand Buzz Art vous fait gagner 2 places à la date de votre choix pour cette pièce entre drame et comédie qui vous emmènera en week-end avec  4 amis d’enfance.

Le Pitch : Amis depuis 15 ans, Xavier, Raphael, Jeff et Adam se retrouvent comme chaque été dans leur maison de campagne pour leur « week-end du 4 ». Mais quand on a 25 ans passés, la vie rapproche les uns, éloigne les autres, et les met tous à l’épreuve. Ce week-end qui s’annonçait radieux sera bouleversé par un invité qui ne l’était pas… Entre éclats de voix et éclats de rire, il mettra chacun face aux autres et surtout face à lui-même.

Pourquoi ça buzz : parce que sur des thèmes aussi délicats que le rapport à l’autre et  l’épreuve, la pièce arrive à marier avec talent l’humour et la profondeur, la légèreté sans superficialité, la réflexion sans moralisation. On croit à l’amitié de ces 4 garçons dans le brouillard dans le vent et au final, la pièce tient la promesse contenue dans la note d’intention : « il n’y a pas de meilleur terreau à l’humour que le drame ».

Que faire pour décrocher votre place dans le théâtre le plus confortable de Paris ? (oui, le Ciné Théâtre 13 étant un ancien cinéma reconverti pour les planches, vous ne serez pas plié en deux pendant 1h30 mais plutôt plié en 4 à certains moments). C’est simple : répondez à la question suivante : « quel est l’artiste qui réalisa le record du monde du concert le plus long (27 heures de concert) au Ciné Théâtre 13 en 2009 ? ». Inscrivez votre réponse en commentaire, et si vous êtes le 1er à inscrire la bonne réponse, je m’attribuerai les places reviendrai vers vous.

Le concours est ouvert jusqu’au 31 février, minuit.

Bonne chance. ..

Infos pratiques: « Le week-end du 4″ au Ciné 13 Théâtre (Métro Abbesses). Jusqu’au 11 mars 2011.

Du mercredi au samedi à 21h30. Le dimanche à 17h30.

Scénario: Gaspard Leclerc & Guillaume Labbé – Mise en scène: Gaspard Leclerc, assisté de Sandra Everro

Avec: Benjamin Beauvais, Thomas Lempire, Guillaume Labbé, Amaury de Crayencour

Retrouvez toutes les infos sur la pièce sur http://leweekenddu4.tumblr.com/ et sur la page Facebook Le week-end du 4 sur Facebook

« La maladie de la famille M » à la Comédie Française: guerrir par le rire

10 Fév

 

« Si tu étais libre de faire tout ce que tu veux, qu’est-ce que tu ferais? »

 

Toute ressemblance avec des personnes et situations existantes n’est absolument pas fortuite dans « La maladie de la Famille M », qui soignera vos plaies de l’âme à la Comédie Française (la place n’est malheureusement pas prise en charge par la sécurité sociale…)

La famille M souffre de pathologies physiques ou affectives lourdes: maladie de la mémoire pour le père, maladie d’amour pour les enfants orphelins d’une mère suicidée. Comment se faire aimer et accepter d’aimer dans une structure destructurante? Peut-être en étant insupportablement attachant pour le fils, en se faisant souffre-douleur pour la 1ère fille, en se réfugiant nulle part mais toujours ailleurs pour la 2ème… La question de la place, de l’enfance, des blessures… Le médecin de famille nous fait part de son analyse, tour à tour spectateur et acteur des désastres. La pièce se sauve brillamment d’une vacuité ennuyeuse sur l’insoutenable poids de l’être grâce au point de rencontre permanent entre drame et comédie.

Auteur, Fausto Paravino se fait Tchekov italien, dans la dissection du mal de vivre, dans l’exposition des défaillances. Il ajoute son style, à lui: quelque chose de tendre, un humour toujours présent, pointant l’absurde, mais se gardant bien d’être moqueur.Metteur en scène, il fait le choix de l’intimisme, nous imprègne d’une douceur qui surprend dans tant de chaos des sentiments. Nous voilà partie prenante, touchés par des comédiens qui transmettent la fragilité des personnages sans fausse sincérité.  

Si le titre effraie, « La maladie de la famille M » n’est pas une torture pathétisante pour dépressifs mais plutôt une fine poétique des névroses, dont le sous-titre pourrait être « guerrir par le rire ».

Infos pratiques:

La Maladie de la Famille M. Mise en scène par l’auteur, Faustino Paravino.

Jusqu’au 20 février à la Comédie-Française, salle Richelieu – 21 rue du Vieux Colombier, 6ème.

Avec Christian Blanc, Pierre-Louis Calixte, Marie-Sophie Ferdane, Benjamin, Jungers, Suliane Brahim, Nazim Boudjenah et Félicien Juttner.

Places de 12 à 29 € – Durée: 1h45

%d blogueurs aiment cette page :